Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 21:08

hmmm... je commence à angoisser pour un éventuel concert dans 15 jours...

je viens d'assimiler tranquillement en trois semaines environ une heure de musique, soit le concerto italien de Bach, les fantasiestücke opus 12 de Schumann et les estampes de Debussy...

je commence toujours par apprendre par coeur mon répertoire piano solo pour plusieurs raisons :

- j''ai horreur de tourner mes pages

- je pense qu'en jouant par coeur, j'interroge la musique non comme un exécutant, mais comme le conceveur qui commande la pensée de l'exécution.

- le par coeur me permet d'observer ce que l'ensemble de mes capacités, mémoire, mental, physique... ont capté de la musique à assimiler...

...

 

cependant, ce n'est que le travail préalable, c'est à ce moment-là que le vrai travail peut commencer : je comparerais volontiers ça à un étudiant enregistrant ses formules mathématiques dans sa calculatrice en vue de son DS de math : ensuite, on peut raisonner...

mais 15 jours pas facile...

certaines pièces ne s'enchaînent pas encore comme il faut et d'autres ne sont pas au tempo définitif...

je m'inquiète surtout pour cette pièce qui par ailleurs m'enthousiasme et dont je vous parlerais peut-être à part pour vous communiquer mes impressions... car elle est vraiment ardue...

 

 


 

surtout avec cette version que je trouve sublime ! j'en ai entendue d'autre comme Martha Arguerich, mais j'ai moins été emballé. cette interprétation me semble "parfaite"... qu'en pensez-vous ?

 

ces moments quelque peu pénibles me ramènent au souvenir de mon visionnage d'Andreï Roublev, un film de Tarkovsky. ce film est très troublant, comme tous les films de Tarkovsky, et me dépasse complètement. cependant, je me rappelle cette scène terrible du jeune homme tenu de construire une cloche grâce au secret de facture de son père, secret qu'il ne fait que prétendre pour survivre... le moment où la cloche produit un merveilleux son, puis l'enfant cède, cède à son orgueil, son angoisse, il tombe et pleure dans les bras du miséricordieux et compassionnel Andreï Roublev. il dit qu'il n'est qu'un enfant. je me sens pareil.

je ne trouve plus cette scène que j'étais sûr d'avoir pu revisionner sur internet ! en place et le lieu, le trailer... qui est mieux que l'affreuse vidéo plus relative à mon propos !

 

 


 
Repost 0
pianiste-lyon - dans pensée
commenter cet article
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 09:41

j'étudie donc toujours le deuxième mouvement du concerto italien, et en jouant la fin, voilà que je pense (ça m'arrive)...

 


 

 

je pense, avec toutes ces dissonances et ces tiraillements harmoniques, mélodiques... que Bach joue sur des rapports "faux" qu'il nous fait admettre à la conscience et physiquement comme "vrai" grâce à son génie de composition et d'écriture.

par exemple mesures 44-45 la "fausse" terminaison (qui imite la fin de la Partie A alors que la vraie fin se situe dans la coda) est majeure tandis qu'on était précédemment sur un 6/4 mineur (entre 4min37 et 4m43 sur la vidéo) : "on n'y croit pas" d'autant plus que la vraie fin est mineure, sans tierce picarde (majorisée). ou encore, cette pédale de dominante d'un sol tonique qui n'existe pas. faux rapport, comme je le ressens, sans entrer plus dans le détail de ce qui m'intéresse vraiment dans ces "faux rapports" (notamment entre 5m et 5m08,mesures 47-48), n'arrivant pas à cerner complètement ce que je dis.

le but n'étant pas de savoir qui est "faux" qui est "vrai" mais d'élargir la conscience de celui qui reçoit pour que celui-ci puisse recevoir, "admettre" davantage, différemment...

...

qu'en pensez-vous ?

Repost 0
pianiste-lyon - dans pensée
commenter cet article
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 15:27

 


 

aujourd'hui c'est post un peu plus facile car j'ai beaucoup de travail

comme quoi tous et pas seulement humains pouvons faire de la musique !

ps : est-ce que ce chien touche des droits d'auteur pour sa création révolutionnaire ? si oui est-il payé en canigou ou en frolic ?

Repost 0
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 13:59

en ce moment, j'assimile entre autres le deuxième mouvement du concerto de Bach (voir ici)

 

et "il me revient en mémoire" des petits bouts de Barbara en jouant justement ce mouvement de Bach !

 

petite parenthèse : Bach, Bach, Bach... faut-il prononcer Bac comme dans Baccalauréat (voir le festival de musique baroque (?) "passe ton Bach d'abord" à Toulouse !!) ou Bache comme une bâche plastique ? ou encore, à l'allemande, la vraie, la pure (ouuuups) Bachhhhhhhhhhhh ?? vous savez, comme le "Ach !" dans "Ach ! nous afons les moyens de fous faichhhh parler !!" ^^ sooooooo cliché !!!

est-ce snob ? pour beaucoup oui ! moi, je le vois autrement ! bien souvent, on écorche mon nom de famille et c'est parfois un peu énervant surtout qu'il est si simple, il tient en trois lettres... mais c'est trop compliqué pour l'esprit français :^p déjà que ce nom polonais est francisé, que son "s" final perd son accent -sa sonorité s'en ressent- ou on me met deux s, on prétend que ça vient d'Allemagne, ach !! que nenni !! ou encore on oublie le "s" sous prétexte de le vouloir bien prononcé et on tombe sur un mot monosyllabique qu'on aime beaucoup balancer à notre époque (mais pas que notre époque) :

 

 


  une vieille chanson que j'aime bien ^^ oldattitude POWA !!


mais revenons à Bach ! comme moi j'aimerais que l'on prononce bien mon nom, je suppose que Bach l'aimerait de même ! Bach comme dans Ach ! ou pensez à Barbara : Barrrrrrrrrrrr !!! "c'est pas compliqué ! hey !!" (ouuuups, ne pas montrer tout de suite que je suis aussi fan de Dalida sous peine d'être discrédité d'entrée de jeu)

 

aimeriez que j'écorche votre nom ? et que si vous protestez pour exiger que je le prononce correctement, je vous traite de snob, que diriez-vous ? et je ne parle pas de Liszt = Licht (en gros) !! ce n'est pas du snobisme !!! appelez-vous Mowgly du livre de la jungle "Mauvgly" ?? non ! (pourquoi cet exemple ?) parfois j'ai l'impression que c'est très français de massacrer les sonorités de la langue, à commencer par la prononciation... du français !!

 

donc, je disais !!

je retrouve les sonorités, ambiances, cellules motiviques... en ce qui me concerne, ce deuxième mouvement du concerto italien de Bach me fait penser à l'esprit de l'art poétique de Barbara, cette chanteuse que j'admire énormément.

écoutez, plus précisément :

les ornements qu'on entend au chant à l'aigu dans Bach

 


 

 

c'est comme le "tiloulem" de Barbara au début de la chanson, je trouve ! (ça et les modulations)

 

 


  Pierre, Barbara


aaah, ce n'est pas "LA" version que je voulais mais c'est quand même sympa ! la version du premier enregistrement, c'est pour moi la même ambiance que ce mouvement de Bach !

 

et puis quand vous avez cette cellule motivique qui se répète à 3min 02 dans la vidéo de Bach, j'ai l'impression d'entendre Barbara chanter (carrément ! jusqu'à en perdre la rythmique !) ceci :

 

 


  du bout des lèvres, Barbara


ça plus des intervalles ouverts comme la sixte qu'on retrouve dans ce mouvement de Bach et cette chanson de Barbara !

qu'en pensez-vous ? vous sentez la ressemblance ?

est-ce que Barbara connaissait cette musique de Bach ? ou bien, ou de plus, n'est-ce pas le signe d'une "universalité" humaine ?

et alors, petit jeu, "c'est pas compliqué, hey !!" ça vient de quelle chanson de Dalida ?

Repost 0
pianiste-lyon - dans analyse
commenter cet article
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 14:36

aujourd'hui c'est coup de coeur du jour !!

 

 


 

je viens de découvrir ça ce week-end et j'ai trouvé ça génial !! (oui, ça ne date pas d'hier, je vis un peu dans mon monde)

 

mais pourquoi donc ? je discute avec un ami qui me répond "ah ouais j'avais vu ça à la télé, pas çui-là mais un autre, j'avais trouvé ça un peu débile"

han ! remarquez, quand vous tombez la première fois sur cette réalisation de Katerine, je crois que vous pouvez que accrocher ! (et si bien sûr il vous arrive d'apprécier le second degré)

 

n'est-il pas charmant cet énergumène nous dire tranquillement qu'il nous chie à la raie parce qu'il est la reine d'Angleterre ?

derrière cette apparente simplicité se cachent peut-être plusieurs lectures possibles, en tous cas plusieurs compréhensions possibles !

 

ah ! la simplicité dans ce monde bling-bling, où des américains PAR EXEMPLE ("ma gigi, qu'est-ce qu'ils y comprennent ces américains..." ^^  ) n'ont jamais peur de surenchérir et d'en rajouter une couche.

 

- très peu de diversité de vocabulaire, (certes on peut apprendre un peu d'anglais au passage) le message s'assimile très bien et on ne s'en lasse pas (dans cette réalisation,en ce qui me concerne) cela est un choc pour moi qui ai déjà écrit des chansons (à titre privé) dans le style Bobby Lapointe Boris Vian avec un débit rapide et une sollicitation de vocabulaire qui était "problématique" ! en écoutant ça on se dit "pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ??"

- la mélodie est simple (bien que subtile, essayez de la chanter aussi justement que le mec), sur des harmonies simples et claires mais elles sont "colorées", avec quelques variantes. répétition, simplicité = facilement mis en tête (le genre qu'on ne s'enlève plus ensuite) !

- le choix de l'instrumentarium, dépouillé (voix principalement, puis une basse, des clochettes et une guitare) dépouillé mais de qualité, beau timbre de voix, comparé à des chansons pop où on t'en rajoute des effets électroniques jusqu'à croire que c'est l'ordinateur qui chante, pas la chanteuse et le choeur aaaaaaaaaaaaaaaah !!!!!! le choeur. j'adore la sonorité d'un choeur à la base. c'est peut-être mon passage au Choeur d'Orphée dirigé par Nelly Heuzé qui m'a entraîné vers l'amour de la masse vocale ? le choeur qui imite l'instrumentarium "classiques" de la musique "moderne populaire" (hmmm cela mériterait un post) style guitare acoustique quand c'est bien fait c'est bon aux oreilles !!! c'est cette conjugaison d'un instrument "faillible" qu'est la voix avec ce style qui exige une précision "mécanique" qui est "beau" aussi...

- la vidéo, très bien faite, je trouve. un minimalisme qui colle parfaitement à la chanson, les plans fixes ou doucement baladeurs, la figuration (trois personnes et un drapeau) la nature, les petites fleurs qu'on renifle (surtout quand la reine vous dit "i'm shitting on your face" hmmmmmmmmmm !! quelques gestes du doigt pour envoyer la parole ou bien l'illustrer (cf le jeune homme au doigt ^^) au lieu de chorégraphies ultra-sophostiquées, de figuration compliqué, de danseurs, les déguisements, accessoires etc etc...

-le choix assumé d'une ritournelle qui tourne sur elle-même, la clownerie d'une architecture trompeuse, comme un décor de cinéma tout plat représentant un joli château. il y a pourtant une structure ^^ la clownerie assumée et naturelle, sans en faire des tonnes...

*_*

shaaaaa ! bravo aux artistes !

 

d'ailleurs ce post n'en fait-il pas des tonnes ? ^^'

Repost 0
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 13:26

eh bien me voilà dans le travail, et pendant que je laisse mes méninges et consors au repos le temps de reprendre [car oui, faire des pauses est plutôt bénéfique pour apprendre, je pense,  mais enfin, ne faites pas comme moi, ne bloguez pas pour procrastiner surtout quand vous avez un concert dans 3 semaines et que vous n'êtes qu'à 1/5 du travail préalable réalisé] je blogue pour vous faire part de mes premières observations. ma recherche. article touffu qui intéressera qui ? il faut essayer... ne serait-ce que pour moi !

 

me voilà à entamer le deuxième mouvement du concerto italien de Bach après avoir appris les deux autres par coeur (je commence toujours mon travail en apprenant par coeur, c'est ma méthode, et je vous conseille de ne pas assimiler les choses que linéairement, je pense que cela oblige un travail à la conscience qui est plus fructueux, et pas seulement pour le piano mais pour toutes sortes d'assimilation en général)

 

 


 

 

 

et là je sens que c'est pas aussi "simple que les deux autres mouvements... peut-être que je me trompe en disant ça ?

bon admettons que je sois dans le vrai.

je trouve cette pièce redoutablement subtile entre autres pour la mémoire mais aussi l'interprétation et la direction...

je lui trouve un petit côté improvisation genre "ouais je me balade où je trouve ça beau [de ch'val] qu'il fait bon se promener mélodiquement, harmoniquement ; et tu aimes mon enchaînement d'harmonie osé et ma dissonance "qu'elle-a-dû-faire-s'étrangler-des-médiocres-et-des-fats" ? (tiens par exemple mesure 10, si bémol main gauche contre si bécarre main droite)

en fait... je pense bien que tout est étudié, et surtout poussé au maximum de la logique jusqu'à questionner cette dernière. il y a un côté mystérieux, énigmatique, comme on a pu évoquer l'intérêt pour l'énigme médiévale chez Bach en cours d'art et civilisation avec François Sabatier, je pense notamment au rythme, à la carrure, étrange, pourtant archi-construite, le verrais-je précisément si je prenais le temps d'analyser méthodiquement à fond cette pièce plutôt qu'intuitivement pour tâcher de conjuguer poésie et analyse.

 

-d'abord, on constate au premier coup d'oeil macro-scopique (le contraire de micro-scopique) une forme bi-partite avec

Partie A : exposition du thème en ré mineur qui finit cette première partie sur le relatif fa Majeur en passant par marche harmonique et pédale de dominante du relatif Majeur

Partie B : réexposition du thème avec variation du chant supérieur, plus ornementé. mêmes éléments structuraux, marche harmonique et pédale de dominante de ré mineur, donc cette fois-ci en clôture, vers ré mineur.

 

-ensuite, on peut regarder la main gauche, qui fonctionne en polyphonie virtuelle (plusieurs instruments pourraient se la partager alors qu'une seule main doit faire sentir, dans son unité, la pluralité de ces parties) et qui est très étrange dans son rythme, ses carrures. bien sûr, cela est archi-construit, la partie supérieure de la main gauche est une mélodie qui dirige la carrure par l'harmonie. l'une des difficultés est, de faire correctement chanter la main gauche dans sa mélodie, en conflit avec la mélodie de la main droite qui est très riche et ornementée. l'autre difficulté, à mon avis, est de ne pas laisser la main droite diriger la carrure mais s'appuyer pour cela sur la mélodie de la main gauche.

-pour continuer, la main gauche est consruite sur un curieux "décalage" (les mots me manquent) puisque nous sommes à trois temps, mais avec la basse répétée de deux notes, nous pouvons organiser la main gauche en deux fois trois croches au lieu de 3 fois deux croches. (peut-être même que l'enjeu est bien au-delà, ou ailleurs, et que je passe à côté pour l'instant) qu'est-il souhaitable de faire sentir, tout ou rien de cela, en tous cas, les occasions de se perdre dans cette pièce aux apparences de limbes sont assez aisées, soyez vigilants sur la tenue de votre direction au risque d'ennuyer votre auditoire et de faire des erreurs de texte & contre-sens... (cela vaut avant tout pour moi)

 

-il serait judicieux d'observer les interactions entre le chant de la main droite et la mélodie de la main gauche. elles se rejoignent, s'écartent selon une certaine logique je pense, la main droite a tendance à être plutôt syncopée par rapport à l'immuable rythmique de la main gauche et je crois que le comportement des ornements & mouvements du chant de la m.d. change selon qu'on est dans la Partie A (plus simple d'abord, plus complexe ensuite) ou la partie B mais aussi selon le mouvement mélodique de la main gauche, qui soit se déploie en mouvement ascendant ou descendant, soit s'enroule sur sa tonique ou dominante... beaucoup de paramètres qui exigent le meilleur choix logique de construction au compositeur.

 

-une autre difficulté est qu'entre la partie A et la partie B, avec la répétition structurelle, des éléments se rapprochent dans leur "direction sonore" entre la partie A et B par exemple entre la mesure 11 et la mesure 37, je suis assez tenté dès la mesure, par confusion, de diriger le chant de la main droite, sur les deux dernières croches, vers la broderie inférieure sol-fa-sol...

 

-je crois qu'il faut regarder cette pièce aussi dans l'ensemble et la continuité des trois  mouvements pour trouver la cohérence dans celle-ci... on retrouve aussi des matériaux communs aux trois mouvements comme (exemples à fournir ultérieurement ^^' )

 

voilà quelques observations...

 

mes recommandations (à moi-même ^^) :

1) repérer les moments où la main droite n'est pas syncopée par rapport à la main gauche, mais qu'elle vient plutôt directement, comme mesure 6 premier temps. je pense que cela mérite peut-être un éclairage, même menu. peut-être est-ce un élément non-négligeable de la logique ou structure, à voir...

2) être précis sur le rythme pour ne pas biaiser la plénitude et logique de la pièce tout en jouant avec la liberté du texte entre autres avec l'exécution des ornements

3) très important, garder à la conscience, malgré le pointillisme de la main gauche, la mélodie de la main gauche : où s'arrête-t-on quand on va à la basse, où reprend-on ensuite et vers où se dirige-t-on ! un exercice un peu périlleux quand on n'est pas habitué : avoir un oreille dans le passé, une autre dans le présent, et une autre dans le futur (plus une autre encore, pour la route, dans le "champ des possibles")

 

 

désolé pour le post touffu, si cela peut aider quelqu'un à aborder cette oeuvre, j'espère ne pas vous faire peur, en tous cas je vous encourage à connaître cette pièce très belle dans son ambiance de douceur, de désolation, de lumière "là où on ne l'attendait plus"...  c'est aussi un moyen de mettre en forme ma pensée ! si vous voulez réagir, n'êtes pas d'accord, voulez m'éclairer, me suggérer quelque chose (par exemple dans l'écriture de post aussi) JE SUIS PRENEUR !!!

Repost 0
pianiste-lyon - dans analyse
commenter cet article
27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 09:44

aujourd'hui c'est fanfare pour rigoler un coup ! (huhuhu) jouez à la direction ^^

 

fanfare de kek

 

qui vient de chez kek, un blogueur bd que j'aime bien lire "loooooooooool"

hem...

chez Kek

 

car oui j'adore les bd et mangas et bien sûr les blogs bd, entre Laurel, Boulet, Pénélope Jolicoeur, Piratesourcil, Martin Singer... et tant d'autres, au gré du web !

 

et comme une fanfare ne vient jamais seule

 

 


 

 

étude fanfares de Ligeti

Repost 0
pianiste-lyon - dans musique
commenter cet article
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 14:43

mais je peux vous dire qu'en ce moment y en a qui doivent un peu stresser !


oui, je veux parler de la future promotion de 2011 au cnsmd de Lyon ainsi que tous les autres candidats ! comme d'habitude le concours d'entrée au cnsmd est rude et peu de places sont offertes ! (souvenirs...)

ayons une pensée émue pour ces collègues

 

les candidats doivent passer deux tours :

 

le premier tour est l'admissibilité : il faut jouer une étude de Chopin au choix, un premier mouvement de sonate classique entre Hayn, Mozart, Beethoven et Schubert. cette partie, vous pouvez commencer à la préparer en premier cycle quand vous êtes "petit". (pour le cnsm de Paris, commencez les études dans le ventre de la maman, si possible même avant conception de l'enfant...) pour finir ce premier tour, les candidats doivent choisir dans une liste de morceaux contemporains donnée courant avril (ce qui donne 6 mois pour travailler...)

 

voici la liste de cette année :

Gyorgy Ligeti : Etude numéro 10 « l'apprenti sorcier » (zauberlehrling)

- Martin Matalon : Dos formas del tiempo (éd. universal music)

- Gérard Pesson : Vexierbilder II : 1- Speech of clouds (éd. Henry Lemoine)

- Bruno Mantovani : Quatre études pour piano : nº1 "étude pour les ornements" (éd. Henry Lemoine)

- Hector Para : Impromptu (éd. Trito, Barcelone)

- Guillaume Connesson : « Initials Dances » n.2 S.Dance et n.3 F.K.Dance (éd. Billaudot).

 

j'en connais... un ^^'

 

le deuxième tour est l'admission :

il faut jouer un imposé donné le 1er juillet et un ou plusieurs morceau(x) du XXème siècle. le tout ne devant pas excéder les 20 minutes, sous peine d'excéder le jury ^^

cette année, l'imposé est les klavierstücke opus 76 num 2, 4, 5 de Brahms (avec reprise dixit le site du cnsm)

à titre indicatif, pour l'autre morceau, j'avais pris l'isle joyeuse de Debussy... choix archi-risqué, tenez-vous le pour dit ! (surtout quand comme moi vous ne maîtrisez pas l'oeuvre au moment de passer ^^) préférez un mouvement de sonate de Prokoviev ! (6ème, 3ème) enfin, courage à ceux qui ont pris l'isle joyeuse ! ce que je viens d'écrire ne signifie rien pour votre situation

 

bon, écoutons ces klavierstücke...

 


 

hey, mais c'est très sympathique ! je me demande ce que le monde du piano en dit en ce moment (jsuis un peu sur mon île ^^) genre "ouah, i zont bien d'la chance les petiots" ou au contraire "argh calamité, on ne pouvait rien rêver de pire !"

 

moi, c'était le premier mouvement de la sonate en si mineur opus 58 de Chopin et c'était assez casse-gueule, je trouve !

 

enfin ! tout ça ne me rajeunit pas ^^ on pourrait en dire beaucoup des concours ! concours d'école, concours-tournois...

Repost 0
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 21:00

ah verdammt, das ist ein französich blog ! *penser à se remettre à l'allemand avant la rentrée, puisqu'au cnsmd nous avons une langue étrangère à étudier so Deutsch spreche ich ein bischen !

 

alors, connaissez-vous Wolf ? parce que moi nada ! (j'ai fait aussi de l'espagnol au lycée ^^)

 

j'en avais très vaguement entendu parler. je n'en ai jamais entendu en concert !! (faut dire que je sors peu)

il y a quelques semaines j'avais fait un délicieux exercice de transposition sur un de ses lieder (mélodies en français) et je gardais le plaisir de la découverte à poursuivre en tête. en effet, ça m'avait fait une sacrée impression, du genre des trucs à connaître absolument !

 

et puis v'là qu'un ami me donne des liens dont celui-ci :

 

 


  kennst du das Land ? le titre d'un texte de Goethe que j'oserai humblement traduire, après un an d'allemand par : "connais-tu le pays ?" so, kennst du ?

chanté par la fameuse grande cantatrice Elizabeth Schwarkopf dont je ne connais pas spécialement la vie ni le travail (on s'apercevra vite que je ne connais pas grand-chose !)

 

et puisque c'est la nuit :

 

 


so, gute Nacht freuden ! ^^

 

ps : si vous avez des liens, infos sur ce compositeur, ses pièces à découvrir, tout ça tout ça, ben ne vous gênez pas !!

Repost 0
pianiste-lyon - dans musique
commenter cet article
24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 11:49

nouvelles dates de concert en perspective !!

l'adrénaline monte !!

en plus pour du "beau monde" genre faut pas que je me loupe...

 

bon, activons la cadence !

 

ah, monter un morceau, bien l'interpréter, c'est déjà une chose, mais se représenter publiquement avec en est une autre qu'on méconnaît plutôt dans notre apprentissage général et artistique !

jouer en public représente entre autres un très gros risque d'aliénation par soi-même et les autres. cela peut être destructeur pour la personnalité, ce serait comme jouer avec le feu ! pourtant, sans feu, pas de lumière ! alors tant qu'on vit, il faut essayer !

 

it's raining dates ! alléluia, it's raining dates !!

 

 


 

ou comme diraient mes parents, avec leur blague préférée : j'ai pas le choix dans la date ! (et c'est tant mieux)

Repost 0
pianiste-lyon - dans projets
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de pianiste-lyon
  • Le blog de pianiste-lyon
  • : partager sur l'art, sur la musique, sur le piano ! blog d'un pianiste en herbe explorant l'existence
  • Contact

  • pianiste-lyon
  • jeune étudiant en piano au CNSMD de Lyon
  • jeune étudiant en piano au CNSMD de Lyon

Recherche